Profil

Mon baptême de l'air a eu lieu justement en hélicoptère au tout jeune âge de 5 mois. C'était en août 1979. Nous avions décollé (du moins c'est ce qu'on m'a raconté !) de l'aérodrome de San Vittore pour aller en vacances aux monts de San Abbondio. Mais, en raison d'une forte tempête, le pilote a été obligé d'atterrir (et de nous "abandonner") dans une prairie du village de Fosano. Il pleuvait des cordes et on m'a enveloppé dans un plastique pour me protéger. Alertés par l'atterrissage à quelques mètres de leur maison, des gens sont sortis de chez eux en courant sous la pluie pour nous accueillir. Grâce à leur gentillesse, nous avons ainsi pu nous mettre à l'abri de la tempête et mes parents ont pu faire chauffer mon biberon. Je ne me rendais pas compte de ce qu'il se passait à ce moment-là. Je ne pensais sans doute qu'à me remplir l'estomac avec mon biberon. Ces personnes se sont révélées être plus tard l'oncle et la tante de celui qui deviendra l'un de mes meilleurs amis. Le monde est vraiment petit !
Je ne sais pas et je ne saurai jamais si c'est inconsciemment cette expérience qui a fait que l'hélicoptère laisse en moi une marque indélébile.

Mais commençons mon histoire…

Je m'appelle Silvio Pini, je suis né à Sorengo (Suisse) le 6 mars 1979. J'ai deux sœurs aînées, Stefania et Claudia. J'ai grandi à Bellinzona, où j'ai effectué toute ma scolarité.

Petit, je manifestais déjà une passion particulière pour les hélicoptères. Lorsque je passais les week-ends aux monts de San Abbondio, où mon père vit encore aujourd'hui, je tombais en extase devant ces magnifiques machines volantes qui apportaient du matériel de construction pour la rénovation des fermes. Je m'imaginais aux commandes d'un hélicoptère lorsque, par jeu, je m'asseyais dans le panier à linge de ma mère.

Vous devez savoir que, lorsque j'étais petit, il y avait deux métiers que je rêvais d'exercer plus tard. Le premier, je vous le donne en mille, c'était pilote d'hélicoptère et le second, c'était… éboueur, celui, qui à pied derrière le camion d'ordures, monte et descend pour vider les poubelles. Le destin a ensuite voulu que, pour une raison ou une autre, j'opte pour la première variante.

Mais revenons à mon histoire…

Après ma scolarité, j'ai obtenu mon diplôme de brevet de technicien en électro-mécanique. Cette parenthèse refermée (puisque c'en était bien une!), je fus appelé, comme tous les jeunes Suisses, à servir sous les drapeaux. C'était en été 1998.

Pendant toutes ces années, mon rêve de pilote est resté dans l'ombre, en sommeil. Après les quatre mois en "gris-vert", je passe des entretiens d'embauche dans des entreprises de transport aérien avec hélicoptère. J'avais déjà un plan bien défini en tête. Une société basée à l'aéroport de Locarno (Suisse) m'engage comme assistant de vol.

Au bout de quelques mois, j'ai commencé à fréquenter l'école de vol. J'avais 21 ans.

Plus le temps passait, plus je me rendais compte que j'éprouvais une passion grandissante pour ce que je faisais. Mes parents et mes amis ne m'auraient jamais cru capable de rester à la maison pour étudier, en allant même jusqu'à renoncer aux fêtes et autres réjouissances. Cela ne s'était encore jamais produit. Mais cette fois, c'était bien le cas. L'hélicoptère passait avant tout le reste.

Au bout d'un an et demi de sacrifices plaisants, j'obtiens la licence commerciale de pilote d'hélicoptère. Nous sommes le 8 mars; je viens juste d'avoir 23 ans. Un très beau cadeau d'anniversaire !

Des circonstances peu agréables me forcent au bout de quelques mois à chercher un autre emploi. C'est ainsi que je commence à travailler pour la société fondée par mon instructeur de vol. A ce moment-là, je ne savais pas encore que ce changement me permettrait une ascension professionnelle rapide et, par la même occasion, de voyager (et de voler) dans le monde entier en effectuant des missions les plus variées.

Au bout de sept ans, je décide de changer d'employeur pour aller vers de nouvelles expériences et relever de nouveaux défis. En avril 2010, je rejoins une très grande compagnie du secteur aéronautique.

Je vis en ce moment en Italie et ma passion pour le vol et l'hélicoptère ne cesse de croître…